C'est quoi l'amour: PARTIE II

Hello les filles, Vendredi dernier je publiais sur le blog le premier volet de cette série de deux articles consacrés à l'amo...



Hello les filles,

Vendredi dernier je publiais sur le blog le premier volet de cette série de deux articles consacrés à l'amour et à ce que cette notion représente pour moi. J'avais ressenti le besoin de vous en parler à l'approche de la Saint Valentin car j'ai toujours eu cette impression en devenant femme que mon approche personnelle de l'amour était un petit peu particulière, ce qui me valait d'être appelée "une célibataire endurcie". Non pas que je ne rencontre personne, mais plutôt que toutes mes anciennes histoires me paraissent assez fades et sans saveurs. J'ai souvent entendu et pu lire dans le regard des gens, que si j'étais toute seule c'était sans doute parce que j'avais trop de caractère, que je faisais fuir les hommes, que "parfois il faut savoir se taire", que j'ai "une personnalité envahissante".

 Je n'ai jamais compris cette idée, de devoir s'effacer et se fondre dans la masse, en tout cas, de devoir être quelqu'un que nous ne sommes pas uniquement pour espérer trouver un homme et le garder. Ca n'a, excusez moi, mais du coup, plus rien à voir avec l'amour. A priori, lorsqu'on aime on ne peut craindre le caractère de l'autre ou sa personnalité car il est évident qu'on ne cherche pas à se positionner vis à vis de l'autre mais bien à entrer en symbiose. Si cela devait effrayer un homme, alors cela ne pourrait être de l'amour, l'homme craignant pour sa position dans le couple. Or y a-t-il une position? Un rapport homme/femme? Un schéma patriarcal qui nécessiterait forcément un rapport de dominant/dominé? Personnellement, j'ai déjà entendu des hommes me dire que je n'étais pas assez "sage" pour être leur petite amie, mais très bien pour être un "plan d'un soir". Je vous assure que dans leur bouche ces mots n'avaient rien de méchants. Non, je ne pense même pas qu'ils réalisaient l'absurdité et la stupidité de ce qu'ils disaient. Et ce, en grande partie car la société les a éduqués avec cette idée. La fille effacée et discrète pour le forme, la fille plus extravertie et plus à l'aise avec son corps pour le fond. Le premier problème, lorsque vous pensez ainsi, c'est que déjà vous partez avec l'idée réductrice qu'une personne n'est qu'une chose. Vous oubliez le fait que nous sommes des êtres multiples et complexes, et que la fille sage dans une circonstance, peut devenir dans une autre plus extravertie. Ensuite ce genre de mentalité induit forcément un rapport de force dans le couple. "Qui tient la culotte?" Cette grande question que se pose tout le monde à un moment donné face à l'arrivée d'un nouveau couple dans sa bande d'amis. 

Mais pourquoi? A quel moment sommes-nous donc si obsédés à l'idée de savoir qui domine dans un couple?

Ce deuxième volet va parler passion. La vraie passion. Celle qui existe dans les couples qui décident de surpasser cette problématique de positionnement au sein de celui-ci. La passion qu'arrive à vivre toute leur vie ces hommes et ces femmes qui ne cherchent plus à jouer un jeu sans déborder, mais qui acceptent simplement que chacun, à son tour, doit, peut, n'a pas peur, de déborder justement.

Pour illustrer cet article, la deuxième partie des photos du shooting à l'hôtel Joséphine. J'ai cette fois-ci décidé de vous montrer deux ensembles un peu plus sexy et femme. Puisque l'on va parler passion aujourd'hui, je voulais être dans le thème ! Une lingerie plus mature, plus assumée qui contraste un peu avec les ensembles que je vous ai montré dans le premier article mais qui prouve justement que nous ne sommes pas une image définie, ou simplement qu'on ne peut être réduit qu'à ce qui se dégage de nous. Que nous sommes bien plus complexes. Que je ne suis pas qu'une femme fatale, que je suis aussi juste une femme et parfois juste une petite fille. 

Le premier ensemble guêpière et déshabillé en dentelle viennent du site Miss Glam. Vous y trouverez une sélection assez impressionnante de lingerie fine. J'ai succombé à la couleur rouge, à ce qu'elle incarne justement: Cette passion folle et dévorante ! Combinée à la dentelle, douce et sensuelle, vous avez justement le parfait ensemble pour exprimer votre personnalité multiple et ambigüe, vos différentes facettes de Femme.

Mon énorme coup de coeur en matière de lingerie en ce moment c'est surtout cet ensemble Dita von Teese. La marque, vendue en exclusivité en France sur le site Glamuse.fr, m'a complètement séduite. D'une part car, comme s'en doute sûrement celles qui connaissent ma passion pour le rétro et vintage, je suis une fan absolue de Dita, d'autre part car la qualité, la finition et la beauté des ensembles me laissent sans voix. Tout en restant portable, cette lingerie Dita doit quand même s'assumer et dévoile une facette de notre féminité avec laquelle il faut être à l'aise. Dita nous fait sortir de notre zone de confort, et ça, j'adore. Cela ne m'étonne pas que le site Glamuse soit le premier en France à vendre la marque.  Le site porte un intérêt tout particulier aux valeurs de body-positive et d'acceptation de soi, propose toute l'année une sélection de modèles de plus de 60 grandes marques allant jusqu'au bonnet 56 et privilégie avant tout la qualité et la singularité des modèles. 


Voilà pour la présentation de ce que je porte ici, je vais en revenir maintenant au fond du sujet, mais j'avais aussi envie de m'attarder sur ces deux ensembles et ce qu'ils représentent à mes yeux. N'oublions pas que ce genre de shooting nécessite de sortir de sa zone de confort, mieux vaut alors, être à l'aise dans sa lingerie.







Dans le premier article, j'abordais sans tabou mon côté ultra romantique: Mon amour de l'amour. Je vous disais à quel point je respectais cette notion d'amour que je trouvais bafouée bien trop souvent et qui aujourd'hui ne voulait plus rien dire au yeux des gens. L'amour est devenu conventionnel, niais, bête et plan-plan, alors qu'il est normalement synonyme de passion, d'émotion, de respect, de complicité et d'amusement. 
L'un(e) d'entre vous m'a dit quelque chose de terrible en commentaire sous le précédent article.

"L'amour commence quand la passion meurt".

Mais quelle horreur.

Je m'excuse mais, ce genre de pensée, bien que probablement vraie jusqu'à un certain point, m'effraie profondément. Il existe dans ce genre de phrase comme un sentiment de résignation profond. Choisir l'amour serait donc renoncer à la passion? Vivre la passion serait donc ne jamais connaître l'amour? L'un ne pouvant subsister qu'en balayant l'autre?
Voilà justement une réflexion qui donne raison à ce que j'avançais en début d'article sur le fait que certaines personnes pensent qu'une femme peut être faite pour être une petite amie dont on est "amoureux" et qu'une autre serait plutôt faite pour être la maîtresse avec qui l'on veut du "passionnel".

Je trouve cette façon de penser réductrice, pré-mâchée, facile à sortir parce que presque, et malheureusement d'ailleurs, admise par tout le monde.
Je ne dis pas, que cela est forcément faux. Je ne le dis pas car je pense qu'à force de penser ainsi, on finit par vivre ainsi. On finit par croire qu'effectivement l'amour et la passion sont deux choses différentes. Cela le devient parce qu'à priori, tout le monde à l'air d'en convenir.
Je ne suis pas d'accord. Enfin, je suis d'accord pour que vous fassiez ce que bon vous semble, mais dans le fond, même si ça paraît idéaliste, je crois que cela est beaucoup plus magique de se dire qu'on peut / doit vivre l'amour et la passion en même temps. 

D'ailleurs peut-on vraiment aimer quelqu'un qui ne nous passionne pas? Qui ne nous fait pas vibrer? Ne nous surprend pas au quotidien? Est-ce seulement possible, au contraire, de trouver passionnant, de bruler d'envie, pour une personne qui ne compte pas à nos yeux? Pour qui nous n'avons pas un profond respect? Une confiance infinie? 


Il me semble évident qu'amour et passion, vécus ensemble, nourris ensemble, doivent être exquis à vivre. Induisant la notion de symbiose, de lâcher prise total à l'autre, se faisant mêler, confiance, respect, valeurs avec amusement, exaltation, curiosité et excitation.  Croire en ça, espérer vivre ça, c'est être exigeant. 

Je vous l'accorde, faire le choix de ne rien vivre d'autre que ça, c'est quasiment se tirer une balle dans le pied. C'est probablement rechercher la rareté et l'unicité mais je ne pourrais pas faire autrement. L'idée de m'ennuyer, dans l'amour comme dans la passion me dégoute au plus au point. Quitte à m'ennuyer, je préfère m'ennuyer seule, et je trouve que ça tient plutôt la route de penser ainsi. Cela prouve que je porte de l'importance aux rapports humains, que je ne fréquente pas les gens par dépit mais parce que cela m'apporte réellement quelque chose que je ne pourrais trouver seule. 

Vivre l'amour et la passion c'est aussi bousculer les barrières de ce rapport de domination avec l'autre. Vous ne pouvez lâcher prise totalement et ne plus vous sentir obliger de rester à votre place que si dans l'amour et dans la passion vos limites et celles de l'autre s'imbriquent parfaitement. Voilà à mes yeux les couples les plus heureux et les plus épanouis. Ceux qui se regardent comme au premier jour, comme dans les films, comme dans les livres. Le Romantisme, avant de devenir la notion empreinte de ridicule et de naisierie qu'elle est devenue au 20ème siècle, était avant tout synonyme de passion, de bouleversement et d'exaltation. 

Pour certains l'amour c'est la plénitude, pour d'autre c'est la violence des sentiments, moi je crois que c'est quelque part à mi-chemin. C'est pour cela que tant de gens ont peur de s'y confronter, à l'amour, à la passion. Gérer l'un ou l'autre ce n'est pas toujours facile, alors les deux en même temps? 

Encore une fois, tout cela est très personnel. Il ne s'agit que de mon propre cheminement de pensée et je ne cherche pas à le faire passer pour universel, loin de là, je serais d'ailleurs ravie d'en débattre avec vous en commentaire et d'avoir vos avis sur la question. 
















Crédit Photo: Rajita's photogrpahy




You Might Also Like

1 commentaires

  1. Il m’est insupportable d’imaginer une relation ou la passion passe au second plan. Elle est le moteur de l’excitation et le renouvellement constant de l’intérêt ludique et lubrique des rapports entre adultes. Le palpitant qu’elle crée au quotidien, celui qui stimule, anime et excite. La passion est un jeux, dont les protagonistes doivent changer les règles chaque jours. Si la passion s’évade, le reste, branlant et fragilisé, ne tiendra que par la peur et la monotonie.
    Je veux enflammer, et dévorer les braises chaudes semées.
    Au plaisir de vous lire en retour,

    Algolagnia.

    RépondreSupprimer

Flickr Images